Rechercher
Archives des billets
Retrouvez-moi sur...
Bouton Forum Rats

Bouton Facebook

Bouton Pavillon Rongeurs

W3C & Référencement
Fiche descriptive de LEO Gustin
jeudi 5 mars 2009
Photo de LEO Gustin, chez Petit_ange

Photo de LEO Gustin, chez Petit_ange

Nom : LEO Gustin
Numéro de pedigree : LEO10860M
Date de naissance : 24 septembre 2008
Date de décès : 22 novembre 2010 (euthanasie, cancer)
Couleur : noir
Marquage : irish
Poils : lisses
Oreilles : dumbo
Porteur : siamois, mink, varigated, blazed
Origine : Phobie chez Léo47 et Justin chez KMiye (Suivi de portée)
Généalogie : Télécharger la généalogie complète au format PDF / Voir la généalogie sur le LORD
Poids :

  • 600g le 13/01/2010, 16 mois
  • 693g le 02/08/2010, 22 mois, retour de vacances
  • 620g le 25/08/2010, 23 mois, après opération tumeur

Repro : oui, FAC Twiki en avril 2010

Caractère : un amour de rat ! Très sociable, ne pose aucun problème dans la cage, dominant, mais pas trop. Gustin est très proche de l’homme, mais n’aime pas trop être manipulé, et n’est pas trop câlin. Son passe-temps favori : se glisser dans les vêtements ! Il adore jouer, et cherche sans arrêt le contact, que ça soit avec l’homme ou avec les rats.
Le surnom de Gustin ? Flipette ! Gustin sursaute au moindre bruit, mais c’est de famille, certains de ses frères et sœurs sont pareil 🙂

Santé : il semblerait que Gustin soit allergique… Mais à quoi ? Il se dépoile du bidon et des épaules, il a été complètement déparasité, et les corticoïdes semblent être efficaces… Je cherche, je cherche.

  • Le 17/07/09, on commence un traitement au Zylkène, il semblerait que Gustin se dépoile de lui-même.
  • 13/01/10, visite de check-up chez le vétérinaire. Le Zylkène semble efficace, les poils ont commencé à repousser. Gustin se porte bien et est apte pour une repro.
  • 10/08/2010, opération d’une tumeur au flanc. Aspect cancéreux, anesthésie mixte, réveil OK. Amoxicilline pendant 15 jours et Metacam pendant 6 jours.
  • 18/10/2010, visite vétérinaire, parésie très rapide, sûrement due à la tumeur cancéreuse puisque Gustin est trop « jeune » pour développer des signes de vieillesse. La tumeur est revenue depuis début octobre, elle grossit doucement mais sûrement, elle est adhérente.
  • 22/11/2010 : convulsions violentes, sûrement due à une embolie pulmonaire (elle-même causée par une ou plusieurs métastases de sa tumeur au flanc), euthanasie à 11h.

Fratrie :
– La grand-mère Minipuce a eu une période « tricophage » aussi, c’est passé à la mise bas.
– La soeur Endorphine est morte le 29/08/2010 d’une rechute importante de sa pneumonie (présence d’eau dans les poumons)
– Le frère Durillon est mort le 17/01/10, sûrement des suites de ses problèmes respiratoires (faiblesse à surveiller sur la lignée)
– La soeur Sériel a été opérée d’une petite tumeur sous les pattes avant à 15 mois. A priori pas agressive (la tumeur)
– Le frère Frite est bizarrement hyper dominant (mais pas d’autres soucis à part lui sur la fratrie)
– La sœur Bémol de la mère Phobie a été opérée d’une tumeur mammaire remplie de lait, qui semble revenir.
– La sœur Névrose est morte le 06/10/2010 d’une insuffisance respiratoire
– La sœur Mali est morte le 05/08/2010 de ses problèmes respiratoires
– Le frère Globule a été opéré en octobre 2010 d’un kyste graisseux.

Problèmes importants de la lignée : tumeurs chez les mâles (cancéreuses pour 2 mâles), problèmes respiratoires (mais les deux reproducteurs Gustin et Globule ont eu peu ou pas de soucis à ce niveau-là)

Suivi de lignée complet sur sa fiche de portée, au format PDF.

La galerie photos de LEO Gustin : Les photos sont classées de la plus récente à la plus ancienne.

Le départ de ma crevette…
mardi 23 novembre 2010

Allez, je cherche un peu de courage au fond de moi pour te rendre un dernier hommage, mon tout petit.

A ton arrivée chez moi, tu étais tellement petit par rapport à Pimousse et Bambou que je t’ai surnommé « petite crevette ». Ce surnom t’aura suivi tout au long de ta vie 🙂
Avant de t’adopter, j’avais très peur, tu étais ma première intégration, mon premier raton après Bambou et Pimousse, qui avaient déjà un an. J’avais peur de ne pas t’aimer autant qu’eux, de ne jamais réussir à t’intégrer, qu’avec toi, ce ne « soit pas pareil ».
Mais comment ne pas t’aimer ?!

Tes oreilles étaient tellement grandes qu’elles te donnaient un air neuneu en permanence, et ton marquage en forme de petit cœur brisé m’a fait complètement craquer.

J’ai cherché ton nom de longues journées et de longues soirées durant. Et puis, j’ai eu l’illumination. Gustin ! Petite blague du destin, j’ai choisi ton nom sans savoir que ton papa s’appelait Justin 🙂

Tu n’as jamais été ce qu’on pourrait qualifier de « rat parfait ».
Plutôt indépendant, tu aimais bien mon contact, mais seulement quand tu en avais décidé ainsi.
Tête de mule, tu voulais être calife à la place du calife, ce qui t’a valu quand même de jolies remises en place, même s’il n’y a jamais eu de bagarres violentes à la maison.
Adolescence un peu difficile, tu as eu une période où tu t’épilais les poils tellement tu stressais.
Aaahhh mais le plus beau moment de ta vie, mon ange, je crois que c’est lorsque tu as pu enfin accéder à la jolie Twiki. Y a pas à dire, t’étais un sacré chaud lapin ! Ou un coureur de jupons, comme on dit chez les humains.
Mon rat solide, tu n’as jamais été malade, jusqu’au jour où est apparue cette saleté de tumeur. Une boule sur le flanc. J’ai cru que ma vie s’écroulait lorsque je l’ai découverte.
Je t’ai fait opérer tout de suite, tu as mis du temps à t’en remettre, tu ne voulais plus manger, tu ne voulais pas prendre tes médicaments, et tête de mule que tu étais, tu t’attaquais à tes fils. On aura passé de sacrés nuits à se battre toi et moi.
J’ai cru que le pire était passé. Mais cette tumeur, elle est revenue, et elle t’a rongée petit à petit. Elle t’a pris tes pattes, elle t’a pris ta queue, elle t’a pris ton énergie, et elle a fini par te prendre ta vie.
Je t’ai vu dépérir en étant impuissante.

Le dernier jour. Je me lève, je te trouve en train de convulser. J’appelle le vétérinaire en pleurant, en suppliant qu’ils me prennent le plus rapidement possible pour abréger tes souffrances. Il est 8h, ils n’ont de place qu’à 11h. Je crois que ces trois heures ont été les plus longues de ma vie. J’ai cru que jamais elles ne passeraient.
Dans la salle d’attente, tu as eu une crise tellement forte que je te voyais mourir dans mes mains.

Et puis, le soulagement. La vétérinaire nous reçoit. Elle t’ausculte, mais moi, je sais que c’est fini, je veux juste qu’elle abrège tes souffrances.

Injection de l’anesthésiant, tu t’endors paisiblement dans mes bras, les yeux ouverts. Ta respiration est lente.

Injection des barbituriques, et la vie quitte tes yeux.

Repose en paix mon bébé crevette. Oublie tous ce que les gens malveillants ont pu dire sur toi, tes Merveilles sont un cadeau du ciel.

J’ai reçu beaucoup de doux messages pour ton départ, j’espère que tu les as reçus toi aussi de là où tu es.

Merci pour tout ce que tu m’as offert, je t’aime fort.