Rechercher
Archives des billets
Retrouvez-moi sur...
Bouton Forum Rats

Bouton Facebook

Bouton Pavillon Rongeurs

W3C & Référencement

Captain Cookie Monster

mercredi 14 septembre 2016

Bonjour à tous,

Cela me fait bizarre d’ouvrir le site pour rédiger un nouvel article, je n’y ai quasiment pas mis les pieds depuis le décès de Tanannan. Aujourd’hui, je remet les pieds dans l’aventure ratouphile, avec une démarche qui me tient à cœur : le sauvetage.

Après le décès de Tanannan, je m’étais dit que je ferai famille d’accueil, pour ne pas couper les ponts définitivement avec les rats, mais sans en reprendre « à moi » car pas encore prête pour cela.

Bref, Captain Cookie Monster est arrivé à la maison samedi soir !

A la base, ce devait être une femelle, mais après observation minutieuse au travers des barreaux, j’ai remarqué deux petites excroissances qui dépassaient ^^ Je pense que les testicules étaient rétractées à cause du stress, car depuis qu’il est à la maison, ses attributs sont plus que voyants et il n’est pas possible de passer à côté ^^

Il a été trouvé errant dans une école maternelle, cherchant à manger. L’une des atsem présente sur place et active dans le sauvetage de hamsters a permis de l’attraper et a prêté une cage le temps de trouver une solution.
La SPA de Plaisir dans le 78 a été sollicitée mais n’a pas voulu le recueillir, faute de place. Se sont alors activés les réseaux sociaux pour sauver la vie de ce petit loulou, et le voilà fraîchement débarqué chez moi.
Je l’ai placé dans ma Ruffy 2 avec quelques accessoires et nous apprenons maintenant à faire connaissance.

Captain Cookie Monster est très curieux et attentif à son environnement, pas apeuré ni prostré, mais pour le moment, il poinçonne toute main qui s’approche de lui. Il y a un travail de confiance à mener avec lui, mais il n’est pas du tout agressif envers l’homme et je sens qu’il a vraiment envie d’apprendre et de partager quelque chose, je pense donc qu’il apprendra très vite. Ses poinçons ne font pas mal mais cela surprend :)

D’après son gabarit et la couleur de ses dents, je dirai qu’il a 5-6 mois.

Il vit seul puisque je n’ai plus de rat, je souhaite le placer de manière assez urgente (pour lui, moi j’ai tout mon temps) chez quelqu’un qui a un groupe et un peu d’expérience. Je ne le confierai pas à un débutant car son caractère nécessitera un peu de patience, et se faire poinçonner régulièrement n’est pas forcément la meilleure approche du rat ^^
A mon humble avis, il apprendra bien mieux à faire confiance une fois intégré dans un groupe, je pense qu’il vaut mieux déjà qu’il s’intègre avec des congénères avant d’envisager une relation avec lui.

Il pourra être castré et placé dans un groupe de femelles.

J’aimerai lui trouver un adoptant définitif afin de lui éviter un énième déplacement / changement d’environnement, mais je suis prête à le laisser dans une famille d’accueil qui pourra lui offrir une vie en groupe (chose que je ne peux malheureusement pas faire)

Il est à placer contre bons soins et amour éternel. Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez toujours le faire à l’association de votre choix :)

Vous pouvez me contacter via Facebook sur la page PARatSite ou bien par mail (voir la page A propos)

1 commentaire » Répondre

Petit Poulet

jeudi 28 janvier 2016

Mon Petit Poulet,

Il m’a fallu quelque temps pour reprendre mes esprits et écrire ce billet. Pour une fois, je vais commencer par la fin, parce que je voudrais finir cet hommage sur des bons souvenirs. Parce que ce qu’il me reste de toi, ce sont des bons souvenirs. Je veux mettre ma peine de côté et sécher mes pleurs pour rire encore en pensant à tes mimiques, à tes habitudes, à toi.

Cela fait quelques jours que j’ai remarqué une baisse générale de ta forme. J’ai mis cela sur le compte de ton âge et du fait que tu es resté seul suite au départ de Pupuce. Mais au fond de moi, je me doute bien qu’il y a quelque chose de mauvais qui se met en place. Sans mettre le doigt sur un problème visible, quelque chose dans ton attitude a changé. 
Tu passes plus de temps dans ta cage, tu refuses un peu les contacts avec nous. Puis un jour, tu as refusé de manger. Je t’ai servi du Rénutryl, du petit pot, des graines de courge, que des choses que tu adores. Tu les as laissées de côté. Tu as cessé de t’alimenter, tu as perdu du poids. Tu avais l’air de souffrir. Alors on a pris rendez-vous de toute urgence le samedi avec le vétérinaire. J’envisage un problème dentaire, qui t’empêche de t’alimenter. Je sais que quelque chose de grave est en train de s’installer, je dis à mon chéri que ton ventre me paraît bizarre. Mais je ne m’attendais pas à me prendre un coup de massue comme celui-ci.
Ta dentition est normale, mais tu es en hypothermie et la palpation de l’abdomen révèle une anomalie. A la radio, on ne voit plus aucun organe. Tout ce qu’on voit, c’est une masse blanche qui prend tout ton abdomen, des poumons jusqu’en bas. Ce qui n’était pas le cas sur les précédentes radios que l’on avait de toi.
On évoque une occlusion intestinale, ou bien une tumeur. Le vétérinaire me suggère une échographie pour en savoir plus. Je demande si on peut ouvrir pour être fixés plus rapidement, parce que les cliniques capables de faire des échographies ne pourront pas m’en faire une rapidement, et que je refuse de te laisser souffrir un weekend entier. Le vétérinaire me met en garde sur ton état, me dit que tu pourrais ne pas survivre à l’anesthésie. Je le sais bien, mais de toute façon, l’échographie ne te soignera pas. Autant ouvrir maintenant, plus on attendra, moins on aura de chance de te sauver. J’ai la chance inouïe d’avoir un beau-papa vétérinaire. Il ne travaillait pas, il est venu pour toi. Il a accepté de t’opérer dans la demie-heure qui suivait la consultation.
Je te dis au revoir, je te laisse dans la cage chauffante, avec ton hamac préféré que j’avais pris soin d’emmener. Au cas où.

Je suis restée dans les parages de la clinique, j’avais un mauvais pressentiment. Tu sais, de ceux qui te disent « si tu rentres, tu le regretteras ». Le vétérinaire devait t’endormir et t’ouvrir 1/2h après mon départ. Je savais que s’il m’appelait au bout de 30 minutes, ce serait pour m’annoncer une mauvaise nouvelle. J’ai attendu 1/2h dans un café. Puis mon téléphone a sonné. « tumeur plus grosse qu’une noix, adhérente à tout le système digestif ». Voilà pourquoi j’étais restée à proximité. Pour te prendre dans mes bras quand tu t’en irais. J’ai demandé à ce qu’on m’attende pour t’injecter les barbituriques. Je n’ai même pas pleuré. Trop rapide pour que je prenne conscience de ce qu’il se passait. La seule chose que je voulais et qui me guidait dans mes choix, c’est que tu ne souffres pas.

Nous t’avons enterré le soir même aux côtés de Ysera, dans l’oranger que l’on a pris spécialement pour vous. Mon chéri l’a baptisé « Amon-Râ », c’est un joli nom, non ? Ca a été dur de t’enterrer, parce que c’est là que j’ai compris que tu étais parti. Que je ne te reverrais plus. C’est difficile, je sens encore dans mes mains la sensation de te porter, de te caresser. Ce matin tu étais là, ce soir, je recouvre ton corps de terre.

Après ton départ, j’ai passé une longue journée à pleurer. Puis quelques jours à être en colère, contre la vie, contre l’injustice, parce que tout a été trop vite. Maintenant, je me sens vidée de toute émotion, mais de belles images de toi me reviennent.

Tanannan, c’est le rat aussi parfait que son père. Toujours à venir au contact de l’humain, toujours à faire des bisous.
Tu avais un caractère plus affirmé que Oshu avec les rats, mais tu as réussi à te faire aimer de tous les humains qui t’ont connu. Ma maman t’adorait, je crois que c’est grâce à toi qu’elle a dépassé sa peur des rats et qu’elle a fini par tomber sous votre charme :)

Quand je pense à toi, je pense à un petit filou qui venait me piquer MA nourriture dans MON assiette.
Je pense à un petit filou qui, plutôt que de prendre un petit bout de la tartine qu’on lui tendait, chipait carrément toute la tartine et l’embarquait dans sa cage.
Je pense à un petit filou qui customisait tous les hamacs pour les adapter à son idée de la mode.
Je pense à un petit filou qui retournait Ysera et Kaldoreï d’une manière peu élégante et peu douce.

Et puis je pense à un rat qui avait des oreilles plus grandes que lui.
Je pense à un rat qui avait le poil ras qui grattait sous les ongles.
Je pense à un rat qui muait de manière éparse et aléatoire.
Je pense à un rat qui était plus rose que bleu.

Mais je pense aussi à un petit amour qui accourait vers chaque humain qui ouvrait sa cage.
Je pense aussi à un petit amour qui nous usait la peau sous les bisous.
Je pense aussi à un petit amour qui passait du temps à observer la vie à la maison depuis nos épaules.
Je pense aussi à un petit amour qui creucreutait sous les caresses.

Tu as toujours représenté pour moi quelque chose de très fort. Tu es le fils de mon Shushu d’amour, j’ai perdu tes frères Pwyll et Luchta dans des conditions tragiques à un moment de ma vie particulièrement difficile. J’ai mis en toi tout le soutien que j’ai reçu de mes amies à ce moment-là. Tu étais ma dernière adoption, celui qui clôturerait l’aventure. Tu étais définitivement plus qu’un rat, t’étais Tanannan.

Je suis tellement, tellement, tellement contente d’avoir partagé ta vie. Merci d’avoir été toi, merci de m’avoir acceptée comme humaine, merci de m’avoir autant aimée, merci de m’avoir offert des bébés aussi merveilleux que toi, merci d’avoir été avec moi jusqu’au bout. J’aurai voulu t’offrir plus, te garder encore près de moi. Mais on a dit « pas de pleurs », alors je te souhaite bon vent mon Tanannan, j’espère que tu es heureux là où tu es.

4 commentaires » Répondre

« A Pupuce ! »

vendredi 13 novembre 2015

Ma petite Princesse,

Il est difficile de commencer cet hommage, je ne sais pas par quoi débuter tellement il y a de belles choses à dire sur toi. Ma première et seule femelle sur 17 rats. A la fois nièce et cousine de Kaldoreï (née de la soeur de Kaldorei et de l’oncle (frère de la mère) de Kal), cousine de Tanannan, on peut dire que fais parti de ma petite famille d’amour !
Je t’ai adoptée un peu par hasard, parce que je voulais « rendre service » en adoptant sur une portée « honteuse », parce que tu étais ma famille, parce qu’il n’y avait qu’un seul petit malou et que son éleveuse le gardait… Je me suis dit « tentons l’expérience ! ». Tu as été stérilisée très jeune par une super clinique, tu as failli y rester car l’opération a été plus longue que prévue, puis tu es arrivée chez moi. Je crois que je suis tombée instantanément amoureuse de toi. T’étais belle, t’étais douce, t’étais déjà la perfection incarnée.

Image de prévisualisation YouTube

J’avais comme image des femelles des petites pestouilles, curieuses, vives, toujours à vadrouiller, avant de t’avoir à la maison, j’avais tellement peur que toi et moi, on ait du mal à se comprendre. J’avais peur de ne jamais réussir à nouer avec toi de lien aussi fort que ceux que j’ai noué avec mes maloux.
Mais non, t’étais juste parfaite, comme si tu avais pris tous les avantages des mâles, tous les avantages des femelles, et que tu les avais réunis. Ton intégration a été surprenante, tu as donné beaucoup de « voix » ! Voix que tu as d’ailleurs gardé tout au long de ta vie… :)
Dans le groupe, tu n’as jamais eu de gestes plus haut qu’un autre. Tu t’es occupée de chacun, surtout de ton copain Kaldoreï. J’ai profité de ta douceur et de la gentillesse de Oshu pour intégrer Tanannan, qui est arrivé à une période très difficile de ma vie et que les autres (dé)couillus n’ont pas voulu accepter tout de suite.
Gentille, mais pas bonne poire, tu n’as jamais manqué d’exprimer ton mécontentement quand Tanannan te marchait dessus ou te papouillait un peu trop fort, ou bien lorsque tu ne voulais pas être tripotée par un humain, ce qui t’a valu le merveilleux surnom de « boîte à pouics » :) On a même essayé de faire de la musique avec toi ! :)
Tu avais tellement de mimiques qu’on t’a probablement pas mal embêtée… On s’est moqués de ton gros popotin, on s’est moqués de ton côté « molle en main » (faut dire que t’étais quand même pas très musclée ma pupuce !!!), on s’est moqués de ta maladresse… Mais on s’est toujours moqués avec amour, je te le promet.

Image de prévisualisation YouTube

Ce qui m’a toujours surprise avec toi, c’est que malgré ton attrait pour la bonne bouffe, tu as toujours préféré nous faire des câlins et des léchouilles plutôt que d’aller manger. Dès qu’une main passait près de toi, vite, tu te ruais dessus et tu la léchais comme si ta vie en dépendait. Difficile de résister à de telles démonstrations d’amour, tu as fait craquer tous ceux qui ont eu la chance de te connaître. J’adorais enfouir mon nez dans tes poils, tu étais tellement douce, tu sentais tellement bon…

Tu m’as offert l’immense bonheur de ne jamais avoir eu un seul souci de santé jusqu’à tes 26 mois. J’ai passé 2 ans avec toi sans jamais connaître le stress de t’emmener chez le vétérinaire. Quand je te dis que tu as été la perfection incarnée ! Quand je pense à toi ma pupuce, je n’ai que de bons souvenirs en tête, que de belles images, que du positif. Tu es unique.

Et puis, tu es tombée malade, me rappelant douloureusement la réalité des ratouphiles… Mi septembre, on te diagnostiquait des masses aux poumons, ton état s’est progressivement dégradé, emmenant tes formes généreuses, creusent tes flancs. Tu t’es battue, fidèle à toi-même, jusqu’à mercredi dernier où ça a été castrophique. Tu as perdu l’usage de ton train arrière, tu as perdu ton équilibre, tu as perdu la flamme de la vie dans tes yeux. Tu ne voulais plus faire de bisous, tu ne voulais plus manger, tu ne voulais plus rentrer dans ta cage. La seule chose que tu voulais, c’était rester dans nos bras. Et ça, je ne sais que trop bien ce que cela signifie…

Ysera

Alors on a été forts, on t’a fait un dernier très long câlin, et puis on t’a endormie. Cette décision, je l’ai prise par amour pour toi ma pupuce, ça a été tellement difficile. Avec toi est parti un morceau de mon coeur. Partagée entre le sentiment d’avoir pris la meilleure décision pour toi et le manque que je ressens, partagée entre le désir de te soulager et l’égoïsme de vouloir te garder encore un peu, j’essaie de garder la tête haute pour mon Tanannan qui reste seul.

Tu reposes désormais au pied d’Amon-Râ, l’oranger du Mexique que l’on a acheté spécialement pour nos deux derniers loulous, j’espère que tu lui transmettras un petit bout de toi, de ta perfection. Et s’il te plait ma pupuce, ne rappelle pas Tanannan auprès de toi trop rapidement, j’ai encore besoin de lui.

A jamais dans nos coeurs ma jolie <3

Aucun commentaire » Répondre

A mon petit grassouillet adoré…

lundi 10 août 2015

Mon petit loup,

J’essaie de trouver le courage d’écrire cet hommage, mais c’est difficile. La culpabilité est toujours là, le poids de cette décision que j’ai du prendre pour toi, pour ton bien, sans toutefois être convaincue que je faisais le bon choix. C’est la première fois que j’ai autant hésité, la première fois que je me suis dit « est-ce que c’est vraiment la meilleure chose à faire pour lui ? »

Je ne sais toujours pas si j’ai pris la bonne décision, mais j’espère que tu sais que tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour toi. Je m’étais jurée de ne jamais m’acharner, de ne jamais vous laisser partir seuls, après des jours à vous battre dans un environnement hostile, inconnu, loin de vos copains. Je me raccroche à ça, chaque jour je me dis « tu as pris la meilleure décision pour lui », mais comment en être sûre ? Et toi, est-ce que tu le sais que j’ai fait cela pour toi ? Parce que je ne voulais pas t’abandonner… C’est ironique quand on sait que c’est moi qui t’ai tué…

J’aimerai t’écrire un bel hommage, mais je suis rongée par la culpabilité. Les jolis souvenirs que j’ai de toi restent enfouis au fond de moi, dès que je pense à toi, je me dis « et s’il avait voulu vivre ? », « et si on avait tenté le traitement ? »

Ta copine Ysera, avec qui tu partageais quasiment tous les instants de la vie, est bien triste sans toi. Elle ne veut plus sortir de la cage, elle tourne en rond. J’ai l’impression de lui avoir arraché ce qu’elle avait de plus précieux…

photo

Depuis ta castration, tu as toujours été un rat très en retrait, surtout après la perte la même année de tes 5 compagnons de cage. Partageant ton temps libre entre manger et dormir collé à Ysera, je n’ai pas beaucoup de souvenirs de toi en train de vadrouiller dans la maison, ou de faire des bêtises. Tu ne sortais que pour venir prendre le petit déjeuner sur mes genoux, piquer un petit bout de croissant ou un peu de margarine. T’étais grassouillet, un peu trop peut-être, tu ne faisais pas beaucoup de sport, t’étais d’ailleurs pas très adroit :)
Mais qu’est-ce que t’étais gentil mon loulou, toujours à venir faire des bisous quand on te gratouillait la tête. Tu ne cherchais jamais les embrouilles, t’étais sage au fond de ta cage.

Tu as commencé à perdre tes pattes arrières à l’approche de tes 2 ans, puis le déclin a été très rapide, jusqu’à ce que tu perdes complètement l’équilibre et n’arrive même plus à manger solide.
On a tenté un traitement à la cabergoline, qui t’a redonné un peu de vie pour dix jours… J’y ai cru, parce que je t’ai vu déplacer des montagnes à ce moment-là. Tu n’avais plus de pattes arrières, mais tu avais retrouvé assez de forces pour monter sur le canapé tout seul. C’est étrange, car je ne t’ai jamais vu bouger autant que durant ces dix jours.
J’étais obligée de te prendre des bains, tu n’aimais pas trop ça, mais le moment qui suivait après, rien que tous les 2, avec toi enroulé dans la serviette, c’était du bonheur pur, on restait assis longtemps comme ça, tu fermais les yeux et tu t’endormais sous mes caresses.

Ce dernier soir, il y avait quelque chose de différent. Je t’ai pris ton bain, je t’ai séché, câliné, longtemps, une demie heure, une heure… Je t’ai rentré dans la cage, mais tu es ressorti immédiatement, et tu as donné tout ce que tu avais pour me rejoindre sur le canapé et réclamer des câlins. C’est bizarre comme on peut sentir qu’il y a un problème à l’affection que donne et que demande un rat…
Quelques minutes plus tard, tu as fait des convulsions, tu te tordais, tu cherchais ton air, tes yeux ressortaient… Le temps d’arriver à la clinique, tu avais repris tes esprits, mais je savais que je repartirai sans toi. La vétérinaire dit que la tumeur a gonflé, qu’elle presse maintenant des zones importantes de ton cerveau. Que l’on peut tenter un traitement à l’issue incertaine pour faire dégonfler la tumeur et t’offrir un petit peu de répit.

Je n’ai pas voulu te laisser seul à la clinique, je n’ai pas voulu tenter un traitement qui ne donnerait peut-être rien et qui te maintiendrait en vie pour quelques heures, quelques jours. Je n’ai pas voulu repartir avec toi à la maison, au risque que la prochaine crise de convulsion ne me laisse pas le temps de t’emmener chez le vétérinaire.
J’avais l’impression de t’envoyer à l’abattoir, de me débarrasser de toi. Mais j’ai pris cette décision avec tout l’amour et tout le respect que je te porte. Je ne voulais pas que tu souffres. Et toi, tu m’as fait des bisous jusqu’au dernier moment… Des bisous que je ne savais pas interpréter… « veux-il se battre ? », « est-il d’accord pour qu’on arrête là ? ». J’ai pris ma décision sans arriver à comprendre ce que toi, tu voulais.

J’avais oublié durant cette année sans décès à quel point c’est dur de vous dire au revoir, quel vide vous laissez dans mon cœur. J’essaie d’apprendre à vivre sans toi mon petit Kal, mais c’est difficile. J’espère que tu sais à quel point je tiens à toi, que tu es parti avec une image positive de moi et que jamais tu ne t’es cru abandonné…

Repose en paix mon petit cœur, j’espère que tu as retrouvé tes comparses et que vous faites les fous là-haut. Et veille sur tes 2 compagnons s’il te plait, j’ai encore besoin d’eux.

4 commentaires » Répondre

L’influence de l’hygrométrie sur la santé

lundi 27 juillet 2015

Après quelques temps sans rien écrire sur ce site, j’ai fini par déterrer un vieil article qui était resté au statut de brouillon depuis quelques années.

Il s’agit d’un article sur l’influence de l’hygrométrie (ou taux d’humidité) d’une pièce sur la santé des rats, et plus particulièrement sur leurs voies respiratoires.

J’ai essayé d’y expliquer pourquoi c’est important de surveiller ce taux, dans quelle fourchette il faut le maintenir, et comment y arriver.

J’ai eu plusieurs rats sensibles à ce paramètre, le dernier en date est Tanannan, qui a des difficultés à respirer dès que le taux descend en dessous de 45%.

J’espère que cet article vous sera utile :)

Aucun commentaire » Répondre